Office de tourisme
Evènements
Sentiers et nature
Histoire et patrimoine
Restauration
Hébergements
Loisirs
Terroir et artisanat
Gastronomie et traditions
Commerces
Informations Mairie

Gastronomie et Traditions

 

 

                                               

 

Gastronomie

 

 

Le gratin d’Oraison

 

Préparation du gratin d Le gratin d

 

Oraison est un beau village de Haute Provence,

situé sur les bords de la Durance,
entre Valensole et Forcalquier.
On y faisait un gratin de pommes de terre, d’oignons et de porc, parfait après une
longue journée de chasse dans les bois de Saint Martin.
Autrefois on le portait à cuire dans le four du boulanger, après la fournée.
Mais il sera sûrement aussi bon cuit doucement dans votre four.



En cuisine : commencez par faire un bon bouillon avec deux poireaux, un oignon, une carotte, deux gousses d’ail, du thym, du laurier, du sel et du poivre, dans deux litres d’eau.

Faites blondir à la poêle, à tout petit feu, deux gros oignons émincés dans de l’huile d’olive.

Lavez, épluchez et essuyez un kilo de vieilles pommes de terre de Pertuis. Coupez – les en fines rondelles.

Dans un plat huilé (huile d’olive), disposez une couche de pommes de terre en alternant avec une mince couche d’oignons, ainsi de suite en finissant par les pommes de terre.

Roulez de belles côtes de porc dans une mélange de poivre, de sel et de feuilles de sauges brisées (une côte par convive) et posez y de fines couches de lard.

Disposez les côtes comme sur la photo ci dessus et recouvrez de bouillon. Mettre du papier aluminium
par-dessus. Cuire 1 heure à 200 °C (selon le four) jusqu’à ce les côtes soient bien dorées.

Source : Livre de cuisine "Cahiers de recettes provençales" de Michel Biehm chez Flammarion. Edition février 2000. Référence : 208 202 54 38
Revisité par Thi du restaurant Au 9 à Oraison

 
En vente à la Librairie l'Arbousier
1, avenue Abdon Martin
Tél : 04 92 78 61 08

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 


Traditions

 

De la cueillette des olives à la fabrication de l’huile d’olive ...


Si l’on veut mettre en conserve les olives, on les cueillera entre septembre et octobre (les olivades) lorsqu’elles sont encore vertes.
Celles qui sont destinées à la fabrication de l’huile et des pâtés d’olives (tapenade) sont récoltées en décembre lorsqu’elles sont noires.

 

Olives

La cueillette se faisait et peut encore se faire à la main, en ratissant les branches avec un « peigne » pour faire tomber les olives dans un filet.

Elle se fait également aujourd'hui avec un peigne mécanique.  

 

Filets sous les oliviers

 

Ramassage avec le peigne mécanique  Ramassage avec le peigne

 

Après avoir été ramassées, les olives sont triées pour éliminer les petits cailloux et les brindilles qui pourraient détériorer le goût de l’huile.

Les olives étaient mises dans des corbeilles, qu’on versait dans de plus grosses banastes.

Ces dernières étaient chargées sur une charrette pour être ensuite déversées à la ferme sur le sol froid d'une grange bien ventilée, pour la fermentation.
Deux jours au plus, les olives sont entassées dans des sacs de jute et on les transporte au moulin pour les presser et créer l’huile d’olive.

 

Olives dans les sacs de jute


Au début du siècle dernier, il y avait deux types de moulins :
- les moulins à sang dont les mécanismes de broyage et de pressage étaient actionnés par des chevaux, des mulets et des hommes.
- les moulins à eau, empruntant leur force motrice pour le broyage, aux cours d'eau près desquels ils étaient installés.

Après la pesée des olives, les sacs étaient vidés un à un dans une grande auge circulaire, creusée dans la pierre où

une lourde meule du moulin broyait les olives, créant une pulpe.

 

Ancienne meule


Le moulinier (maître du moulin) retirait soigneusement avec des pelles en bois cette pulpe pour en remplir de grandes couffes plates

de sparterie d'alfa tressé (escourtin). Ils étaient empilées les unes sur les autres sous des presses actionnées par des hommes

qui poussaient et tiraient sur les barres de bois de cormier, plantées dans le noyau de la vis centrale.
Le liquide coulait dans des gouttières en bois se déversant dans une grande cuve d'eau fumante sous laquelle un brasier

brûlait les déchets des récoltes précédentes. Ce jus surveillé par le moulinier était recueilli : une huile fine, vierge.

Les presses étant à l'époque moins puissantes, une deuxième pression était nécessaire pour extirper de la pulpe

on avait régénérés avec de l'eau bouillante étaient remis en place et, au prix de grands efforts.
L’huile était ramenée à la ferme dans de grosses Dame-Jeanne. La fine d'un coté et à part la commune.

Le moulinier ouvrait au bas de la cuve une petite martelière d'où s'écoulait les résidus de la décantation
Selon les usages, elle servait pour la plus grosse partie sa propriété ; le récoltant avait droit à quelques litres de

cette boue que l'on conservait à la ferme dans un jarron, sur le côté de la cheminée et d'où on essayé de tirer un ou deux litres d'huile.

 
"A la sainte Catherine, l'huile est dans le fruit"


Les presses mécaniques et les broyeurs ont remplacé la force de l'eau, du vent, des chevaux et des hommes.

 

Voici quelques images de la fabrication de l'huile d'olive au moulin à huile Paschetta Henry de nos jours.

C'est en ce moment que vous pouvez voir la fabrication.

 

Moulin à huile Paschetta Henry, 6, avenue Charles Richaud, 04700 Oraison.
Tél: 04 92 78 61 02. 
 

Entrée du Moulin à  huile Olives

Intérieur du Moulin Sac d

Les olives tombent pour être triées Olives dans des bacs

Triage Les olives sont triées

On mélange la pâte d Les machines

Intérieur du moulin 

 






 

 

 


 



 

 




Actualités

Nouveaux horaires de l'Office de Tourisme

Janvier, février, mars, novembre, décembre Du ma...

Tir à l'arc

Du 29 au 31 juillet 2017, le championnat de France...

Produits du terroir

Découvrez les pralines, la pâte d'amande, les biscuits, le miel, les pâtés d'Oraison...
Venez déguster les produits locaux et apprécier leur diversité


Evénements

Découvrez tous les événements et animations...
En savoir plus

Office de Tourisme d'Oraison - 9, Allées Arthur Gouin - 04700 Oraison - 04 92 78 60 80 - Créé par Demarcq.net