Office de tourisme
Evènements
Sentiers et nature
Histoire et patrimoine
Restauration
Hébergements
Loisirs
Terroir et artisanat
Gastronomie et traditions
Commerces
Informations Mairie

 

Histoire d'Oraison

 

 

 Vue ancienne de la ville d

  

Les Ligures qui vivaient dans notre région sont apparemment à l'origine du mot "Oraison".

Le village était bâti sur les hauteurs (colline du Tholonet au lieu - dit Villevieille),

exposé à tous les vents, cette situation lui valut le nom d' Auraisonum, contraction

de " Auroe sonum ", qui devint Oraison. Selon l'Abbé Féraud, l'occupation romaine,

du 1° au 5° siècle, a laissé à Oraison de nombreux vestiges tels que des tombes,

des pièces de monnaie, ... Il ne fait aucun doute qu'à cette époque le riche

et fertile terroir d'Oraison ai vu s'implanter de nombreuses villae

(grosses exploitations agricoles).   Une statuette avait été trouvée dans le

Rancure provenant de Pierrisca (au dessus du Bois de Galfard),

probablement site d'un ancien bois sacré et d'un petit temple

(allée pavé de galets) d'après l'Abbé Féraud.

 

 Statuette trouvée à  Pierrisca et aujourd

 

 

 

  

 

   

  

Les châteaux...

 

Témoignage du Moyen Âge, les ruines de l'ancien château  de la colline

du Tholonet au lieu dit Villevieille, continuent à dominer la cité.

Il fut probablement détruit pendant les guerres de religions.

Beaucoup de pierres furent utilisées pour d'autres constructions. Le lieu servit de carrière. 

 

Vieux château vers 1910 Tour de Villevieille vers 1910
 

 

  

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

La Maison d'Oraison est l'une des plus anciennes familles provençales.

Au 12° siècle apparaît la premier trace de la baronnie d'Oraison, avec Hugues d'Oraison,

seigneur d'Oraison et de Clumanc. Il est selon les recherches, le premier seigneur

de ce village. Il suivit le parti de Raymond Béranger contre les seigneurs des Baux

et les Comtes de Forcalquier dans les guerres "baussenques" de 1142 à 1162.

Il fut baron de la province en 1146. Durant 4 siècles, les d’Oraison vont régner

sur la ville et son terroir. En 1588, la terre d’Oraison fut érigée en Marquisat

par Henri III pour bons et loyaux services rendus à la couronne et renouvelée

en faveur du sieur Fulque par lettres pattentes

(lettres royales expédiées ouvertes avec un grand sceau en août 1740).


C'est aux Fulque, acquéreurs du Marquisat en 1720 que l'on doit la

construction de l'imposant château.  

Il se situe en centre ville et domine la vallée de la Durance.

 

Vue du château vers 1900


Après 1789, le château fut vendu comme bien national puis

surélevé d'un étage pour être transformé en magnanerie.

Cette dernière appartenait à Monsieur Ambroise Laugier. 

Pasteur vint y étudier la maladie du magnan

(ver à soie en provençal) : la pébrine. 

  

 

  

 

Le désenclavement de la ville...

En 1888, s'acheva la construction du pont à 7 arches de 285 mètres

entre les villages de La Brillanne et Oraison.

La Durance fut enfin vaincue et le Pays d'Oraison désenclavé.

 

Ancienne vue du pont de la Durance

 

Médaille faite à  l Médaille faite à  l

 

 

      

 


Les fusillés de Signes...

 

Oraison fut également un des hauts lieux de la Résistance bas - alpine durant la deuxième

guerre mondiale. En effet, le 16 juillet 1944, pris dans un piège tendu par les occupants,

les membres du Comité Départemental de Libération, avec à leur tête Louis Martin Bret,

furent arrêtés et incarcérés à Marseille. Le 18 juillet 1944, ils furent fusillés à Signes,

dans le Var. Une stèle, à l'entrée de la ville, commémore cette sombre page de notre histoire.

  

Stèle des fusillés de Signes Noms des fusillés de Signes sur la stèle
 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

La guerre dure depuis près de cinq ans Les allemands occupent encore la presque totalité

du teritoire national.

La campagne d'Italie bat son plein et les alliès ont dévbarqué en Normandie.

Les allemands sont aux prises avec des diifficultés croiisantes.

à Oraison, seul un poste d'italiens est installé à la Brillanne.

Le 13 juillet, un détachement de troupes allemandes s'installe dans notre village.

Trois jours plus tard, le dimanche 16 juillet, les membres Directeurs du Conseil

Général de la Résistance se réunissent à Oraison;  alors que cette réunion

devait se tenir à Digne, vers 10h30, des camions transportant des miliciens

déguisés en résistants arrivent à Oraison, bloquent les issues du village

et simulent une attaque de poste allemand.

Croyant avoir affaire à de vrais résistants, Emile Latil se rend à la Mairie,

remet en place le buste de la République et lacére le portrait de Pétain.

Vers 15h00, les miliciens se dévoilent, arrêtent les Membres du Conseil de la

Résistance et bien entendu Emile Latil ainsi que quelques autres

dont le docteur Daumas André piègé lui aussi par ces faux résistants.

Les prisonniers sont alors emmenés à Marseille, remis à la gestapo

et interrogés sous la torture. Le 18 juillet, tous sont fusillés dans le

vallon de Signes où les anciens combattants se rendent chaque  année en

pélerinage pour honorer leur mémoire. Un berger qui a assisté de loin

au massacre permettra de retrouver les corps de ces martyrs.

 

Ont ainsi perdu la vie :

 

André Marcel

Chaudon Roger

Cuzin François

Daumas André

Dulcy Léon

Favier Maurice

Latil Emile

Martin Bret Louis

Piquemal Jean

Rossi Terce

Salmo Robert    


Ancien article de presse sur les fusillés de Signes

 

 

Cérémonie de Signes

 

Rapport de Gendarmerie

 

 

    

  

 

 

Les noms des rues...


Par ailleurs, depuis 1921, les noms des rues de la ville sont des

noms de personnes décédées pendant la première

et deuxième guerre mondiale.

La seule ville en France a rendre ainsi hommage.

 

Plaque de la rue Allée Léon Masse



Depuis le 14 juillet 1980, la ville d'Oraison est jumelée avec

la ville italienne de Traversetolo qui se situe dans la province de Parme.

 

 

 

 

    

 

 

  

Le blason de la ville...

 

Le Blason d’Oraison est représenté par 2 vaches contournées dites passantes,

une en dessus et une en dessous de la fasce (la bande horizontale)

couleur azur, ornée de trois losanges d’argent. La présence de ces vaches

pourrait confirmer la richesse agricole de la ville car à l’époque

c’était une acquisition onéreuse. C’est au XII ° siècle lors de leur

affranchissement que les communes se choisirent un sigle soit pour servir

à leurs habitants de point de ralliement soit pour les distinguer les

unes des autres soit pour marquer l’époque où elles conquirent leur liberté.

Il semblerait que ce soit le choix du Conseil de la Communauté

en 1611 pour la ville d’Oraison. Celui - ci fut ensuite enregistré

par l’Edit royal de 1696. Un Edit qui avait un but fiscal (moyen pour

Louis XIV de se procurer de l’argent).

 

Blason de la ville d

 

 

 

 

     

 

Les hommes célèbres...

 

De 1865 à 1870, Louis Pasteur, chimiste et biologiste français, né à Dole

(1822 - 1895) étudia la maladie du ver à soie à la magnanerie

de Monsieur Ambroise Laugier au Château à Oraison et à la ferme école de

Paillerols à Dabisse.

Grâce à ses travaux, des graines saines furent produites et ainsi

reconnues dans le monde entier. Par ailleurs, il effectua des travaux

remarquables sur la stéréochimie puis il se tourna vers l’étude des fermentations.

Il montra que ces dernières étaient dues à l’action de micro - organismes.

Il réalisa une méthode de conservation des bières :

la pasteurisation. Il découvrit le staphylocoque, réalisa le vaccin contre

le charbon et celui de la rage. Ce dernier lui valut la gloire en 1885.

Romain Selsis, poète Oraisonnais ( 1898 - 1956 ) dont les oeuvres principales sont :
"Poèmes d'ici et de là - bas", "Divagations", "Le Calvaire bleu", "À l'abri d'une rose".


Jean Marc Gaspard Itard, né à Oraison en 1774 et décédé à Passy en 1838,

fut médecin chef de l'Institution Royale de Médecine et Chevalier de la Légion

d’Honneur. Le docteur Itard est connu pour avoir entrepris l'éducation de

"Victor, l'enfant sauvage de l'Aveyron", enfant âgé de douze ans et ayant vécu seul,

comme un animal sauvage, dans les bois, durant sept ou huit ans.

Le film "l'enfant sauvage" de François Truffaut retrace cette période de l’histoire.
Pour ce garçon, Itard avait mis au point une méthode d'éducation sensorielle,

qu'il utilisa par la suite avec des enfants sourds et muets.

Ses travaux, repris par Edouard Seguin et Maria Montessori,

montrent que le docteur Itard fut l'un des principaux fondateurs de

la pédopsychiatrie, de l'ololaryngologie et de l'orthophonie modernes.

 

 

 

 

  

 

    

Quelques photographies anciennes ...

 

Ancienne chapelle Saint Denis au Tholonet

Ancienne culture de l

Ancienne fabrique de papier de Monsieur Guntz en 1896

Fontaine de la place Docteur Itard hiver 1913-1914

 


 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Venez découvrir l'histoire d'Oraison à travers les visites guidées
de la ville avec Valérie, Guide de Pays, chaque vendredi à 10h00.
Rendez - vous devant l'Office de Tourisme.  Sur réservation au
04 92 78 60 80 (4 personnes minimum). 2
euros. Gratuit pour les enfants.

Fascicules disponibles ou à consulter à l'Office de Tourisme :
"Balades sur les traces de l'Art Roman (les chapelles)",
"Le coeur du village ancien",
"Regards sur les façades",
"Parures de linteaux - clefs et claveaux à Oraison", "Le Café du Commerce", ...

Actualités

Billetterie

Billetterie à l'Office de Tourisme d'Oraison: Vis...

Produits du terroir

Découvrez les pralines, la pâte d'amande, les biscuits, le miel, les pâtés d'Oraison...
Venez déguster les produits locaux et apprécier leur diversité


Evénements

Découvrez tous les événements et animations...
En savoir plus

Office de Tourisme d'Oraison - 9, Allées Arthur Gouin - 04700 Oraison - 04 92 78 60 80 - Créé par Demarcq.net